"Les animaux vont souffrir" : des groupes demandent à Saskatoon de ne pas autoriser les serpents comme animaux de compagnie

Une triade de groupes de défense des droits des animaux a demandé à la ville de Saskatoon de ne pas modifier le règlement sur le contrôle des animaux pour autoriser les boas et les pythons comme animaux de compagnie.

Kaitlyn Mitchell, avocate du personnel d’Animal Justice, a déclaré que la ville n’avait pas de raisons impérieuses pour justifier le déménagement.

« Ces espèces ont évolué pendant des millions d’années pour vivre dans leurs habitats d’origine. Ce sont des animaux très intelligents qui souffrent lorsqu’ils sont gardés dans des aquariums et des récipients en plastique qui ne satisfont pas leurs besoins biologiques et comportementaux.

Mitchell a soumis une lettre à la ville au nom de Animal Justice Canada, World Animal Protection et Zoocheck, exposant les préoccupations des groupes.

Elle a déclaré que les organisations étaient également préoccupées par les dangers que ces serpents représentent pour les personnes, notamment en ce qui concerne les infections bactériennes.

« À la lumière des risques de maladies zoonotiques, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et l’Agence de la santé publique du Canada recommandent que les ménages avec des enfants de moins de cinq ans, en particulier, ne devraient pas avoir de serpents de compagnie. »

« Les modifications sont conçues pour s’aligner sur les réglementations provinciales relatives aux espèces autorisées, promouvoir la sécurité publique, améliorer les mécanismes d’application existants, clarifier et mettre à jour certaines dispositions ambiguës, le tout au profit du grand public et des tribunaux », indiquent les documents de la ville.

La ville a fondé sa décision sur la liste mise à jour des espèces sauvages en captivité autorisées de la province, qui a été mise à jour en juin 2021, selon les documents de la ville.

«La province a collaboré avec un groupe d’experts et des groupes d’intervenants sur les révisions du Règlement sur la faune en captivité, 2021, afin de moderniser divers aspects de la législation, y compris la liste des espèces qui peuvent être détenues sans permis et les exigences en matière de permis pour les personnes ou les installations. détenir en captivité des espèces sauvages restreintes », a déclaré la ville.

À la suite de cette décision de la province, la ville dit avoir reçu des appels et des demandes de personnes leur demandant de modifier leur réglementation.

Cependant, certains habitants ont exprimé leur opposition à cette décision.

« Ces animaux souffrent énormément dans les espaces confinés, tant physiquement que psychologiquement. Beaucoup meurent dans les transports ou la première année où ils sont devenus un animal de compagnie », a écrit Jill White dans une lettre à la ville.

«Ils ne sont pas là pour notre exploitation ou notre divertissement. Faites la bonne chose, la chose compatissante et votez non sur cet amendement.

Dale Pickett a également exprimé ses inquiétudes quant au fait que les boas et les pythons soient gardés comme animaux de compagnie.

ni par l’industrie des animaux exotiques. La faune ne devrait pas être autorisée comme animal de compagnie. Dites NON à l’amendement proposé !

Lindsay Pickett a dit qu’elle aussi était préoccupée par les changements au règlement.

« Je comprends qu’ils peuvent en fait souffrir de traumatismes physiques et psychologiques en étant gardés captifs dans un tel environnement. Je vous exhorte à voter contre toute tentative d’autoriser de tels changements à tout règlement existant qui empêcherait cela », a-t-elle écrit.

Bien que le résultat à Winnipeg ait été incroyablement décevant, il est important de noter que les Canadiens sont de plus en plus préoccupés par la santé et le bien-être des animaux et un sondage montre que 67 % des Winnipegois s’opposent à la capture, à l’élevage et au commerce d’animaux sauvages contre des espèces exotiques. l’industrie des animaux de compagnie », a-t-elle déclaré.

mais ces personnes ne sont pas représentatives de tous les résidents de Saskatoon. »

Elle a dit que le problème concernait l’aptitude des serpents à être dans des maisons privées.

« Malheureusement, les boas et les pythons que Saskatoon envisage d’autoriser dans la ville ne sont pas bien adaptés à la vie d’animaux de compagnie. Je veux être clair : les animaux souffriront si ces amendements sont approuvés. »