Dépôt d'un projet de loi pour obliger les propriétaires québécois à accepter les animaux de compagnie dans les logements locatifs : Montréal

Québec solidaire propose un projet de loi pour forcer les propriétaires à accepter les animaux de compagnie dans les logements locatifs.

Dépôt d'un projet de loi pour obliger les propriétaires québécois à accepter les animaux de compagnie dans les logements locatifs : Montréal

Dépôt d'un projet de loi pour obliger les propriétaires québécois à accepter les animaux de compagnie dans les logements locatifs : Montréal

Le projet de loi 494 vise à modifier le code civil, rendant illégales les interdictions d’animaux pour les baux en cours et futurs.

C’est quelque chose qui apporterait un énorme soulagement au Montréalais Tobias Gurl.

« Je pense que c’est absolument nécessaire », a déclaré Gurl. « Pour les personnes handicapées ou à faible revenu, les animaux sont souvent essentiels à notre bien-être. Ils fournissent un soutien émotionnel, une stabilité dans notre routine, une compagnie lorsque nous sommes incapables de trouver les autres, ils sont cohérents dans une vie incohérente.

Gurl cherche depuis mars un appartement qui lui permettrait de garder son chien d’assistance Winston.

« Nous n’avons pas eu de chance », a déclaré Gurl.

Il dit qu’ils ont été bloqués à plusieurs reprises à cause de Winston et que le jour du déménagement approchant à grands pas, il est nerveux.

« Sous beaucoup de pression et indésirable », a déclaré Gurl.

C’est exactement ce que les membres de Québec solidaire disent vouloir changer.

La députée Manon Massé affirme que la législation est particulièrement importante compte tenu de la crise actuelle du logement.

«Pour protéger les animaux mais aussi pour donner aux gens la possibilité de garder leurs animaux avec eux», a déclaré Massé à l’Assemblée nationale du Québec.

La SPCA affirme que les clauses interdisant les animaux de compagnie sont un problème croissant à Montréal.

« C’est l’une des principales raisons pour lesquelles des animaux sont remis chaque année dans des refuges », a déclaré Sophie Gaillard, directrice de la protection des animaux à la SPCA de Montréal.

Selon Gaillard, 52 % des ménages québécois possèdent un chien ou un chat, mais seulement 4 % des logements locatifs acceptent les animaux de compagnie sans aucune restriction.

L’Association des propriétaires du Québec affirme que les propriétaires d’immeubles et certains locataires n’aiment pas la loi.

À la mode maintenant

  • Dépôt d'un projet de loi pour obliger les propriétaires québécois à accepter les animaux de compagnie dans les logements locatifs : Montréal #2

    Acheter Shein ? Ce qu’il faut savoir sur les soi-disant «côtés obscurs» de la marque de fast-fashion

«C’est surtout à cause des plaintes de bruit et des dommages causés par les animaux lors de leur départ», a expliqué Melissa Lemieux, avocate à l’Association des propriétaires du Québec (APQ). « Vous ouvrez une boîte de Pandore. »

Lemieux dit que les propriétaires seraient plus à l’aise d’accepter des animaux de compagnie si la loi exigeait un dépôt de garantie, car ils sont souvent aux prises avec des amendes coûteuses et des factures de réparation.

Mais Gurl n’est pas d’accord avec cette prémisse.

« C’est un scénario de blâmer la victime qui est activé par les propriétaires et le public antipathique », a déclaré Gurl. « Le logement est la clé du bien-être de la communauté. Si les résidents d’une communauté n’ont pas de logement stable, tout le reste s’effondre.

Gurl espère que le projet de loi sera adopté pour lui et pour tous ceux qui dépendent de leurs animaux.

1 :52 Plus d’animaux abandonnés en raison de l’inflation, selon la SPCA de Montréal

Vidéo précédente Vidéo suivante

une division de Corus Entertainment Inc.